Projet d'avis sur les murs à pêches que nous avons préparé à 4 :

Véronique Illié, Jacques Dauphin, Daniel Hannotiaux et moi.
Michel Riottot   président d'île de France Environnement

-------------------------------------------------------------------------------------------

Monsieur le commissaire-enquêteur,                                                       le 24.06.2010

 

L'avis d'île de France Environnement, union régionale de 370 associations, agréée environnement, porte sur un secteur limité du PLU de la ville de Montreuil dénommé "Quartier de Saint Antoine dit des Murs à pêches" d'une surface d'environ 50 ha dont 38 ha approximativement de friches agricoles.

La ville de Montreuil a, depuis le XV s., été dynamisée par une production d'excellence, celle des pêches, avec un âge d'or aux XVII et XVIII s. Cette horticulture fournissait la Cour royale et des cours étrangères comme celle de Russie, et s'étendait sur des centaines d'ha. Elle a décliné au siècle dernier pour se poursuivre jusqu'aux années 1950 et pour certaines parcelles au-delà..

Les Hauts de Montreuil offrent un témoignage remarquable de ce passé avec des dizaines de kilomètres de murs en lanières formant un paysage unique, dépaysant, aux franges de l'agglomération. L'État a reconnu le caractère d'excellence de ce site en en labellisant 8,5 ha au titre de la loi de I930.

La volonté municipale est de préserver et valoriser le "secteur des murs à pêches" tout en voulant accueillir dans ce secteur agricole et horticole des équipements de services publics.

Dans le projet de PLU, ce quartier est découpé en 5 zones : Nag, Ua, Uc, Un, Ux. Il n'est pas identifié comme un secteur faisant partie du patrimoine historique de la Ville...On rappelle que tout cette zone périurbaine de Montreuil, Fontenay, Vincennes...Rosny...était la zone maraîchère et horticole fournissant des produits de qualité aux parisiens. Elle a quasiment disparue de toutes les villes ci-dessus...Argenteuil est fière et défend son patrimoine des murs à figues...ne pourrait-on imaginer une situation similaire à l'Est de Paris. Le zonage du PLU sur ce quartier est de type confetti et fait craindre une absence de volonté forte de protection de ce patrimoine horticole.

La zone Nag qui couvre 21 ha se trouve paradoxalement constructible sur 20 % de sa surface ce qui nous apparaît contredire l'esprit de ce zonage.

La zone Ua d'environ 8 ha à vocation d'accueil des équipements de services publics et d'activités de zone agricole pourrait accueillir les ateliers du tram et le stade nautique.

La zone Ux de 3 ha environ abrite déjà une "zone industrielle" construite dans les années 1980 en absence de bases juridiques claires. Il nous apparaît aberrant de vouloir réhabiliter une telle zone alors qu'il serait plus judicieux de transformer le classement de cette en Ua.

La zone Uc se situe en plein cœur du quartier Saint Antoine, le projet de la ville est d'y placer un secteur d'activité alors qu'il touche les murs à pêches...

Nous proposons que ces zones Uc soit muté en zone Nag ou plus fortement en zone horticole pour des jardins familiaux. Nous rappelons que même si ces terrains ont été pollués par les gadoues de Paris dans les temps anciens et par les rejets routiers et industriels dans les temps présents, ils peuvent à la fois être décapés pour être mis en zone de traitement écologique et de la terre arable rapportée afin de créer des jardins familiaux...

En conclusion, pour reconquérir et préserver le patrimoine paysager exceptionnel du secteur "Saint Antoine dit des murs à pêches" de Montreuil, nous demandons l'élaboration d'un projet plus précis élaboré en étroite concertation avec les habitants et leurs associations pour ce secteur, accompagné des éléments suivants:

-une extension du périmètre naturel protégé au PLU,

-un zonage pour les espaces naturels : agricoles, horticoles, jardins familiaux, jardin de biodiversité, murs à pêches..., assorti d'un règlement plus protecteur que celui proposé,

-un zonage approprié aux abords du site naturel, voué aux seuls bâtiments susceptibles d'accompagner la gestion de ce site.

IDFE 2010

-------------------------------------------------------------------------------------------

Réponse de Pascal Mage président de l'association des Murs à Pêches       le 26.06.2010


Monsieur Le Président,

Par un émail en date du 24/06/10, vous m'avez fait parvenir, pour commentaires et critiques les propositions de Ile de France Environnement relative au projet de modification du Plu de Montreuil concernant le quartier " Murs à Pêches".
Je vous en remercie vivement.
Sur le plan formel, nous estimons que vos propositions sont sur de nombreux points, assez complaisants avec la municipalité ( celle-ci porte poutant un projet supprimant 16 ha, meurtrissant le paysage par le mitage de construction, une absence marque de démocratie participative, et un projet "folklorique" ou "gadgétisant" du site conservé) et ne recouvrent pas les objectifs menés par diverses et nombreuses associations.
En ce qui concerne l'association M.A.P., nous ne reconnaissons pas dans ce texte ce qui représente nos propositions et notre lutte pour la sauvegarde et la valorisation des Murs à Pêches menée depuis 1994.
Ainsi, ne sont abordées, au travers des propositions de la municipalité, les thèmes suivants qui, pourtant, pourraient être formalisés dans le projet du PLU.
- l'ouverture au public de l'espace
- la prise en compte du patrimoine paysager qui ne couvre non pas les 8 ha du site classé, mais une grande partie du site ( l'instance de classement initiale 2001 était de plus 15ha).
- la préservation de la dimension "naturelle" de ce quartier ceci implique l'exclusion des secteurs à urbaniser ( construction de toute nature, exceptées celles nécessaires à la gestion des espaces
naturelles, soit un peu moins des 38 ha).
- la conservation des espaces en friches et de découverte.
- l'aménagement en lieux de jardinages, de cultures florales, petits fruits et autres, également ouvert au public et tournés vers le Montreuil d'aujourd'hui.
-l'aménagement de lieux culturels tels qu'ils se pratiquent déjà aujourd'hui et qui faudrait renforcer.

Axer votre avis, relatif à la révision du PLU ( secteur de MAP), uniquement sur le développement agricole nous sembles une erreur pour les raisons suivantes ( que résume l'antique dicton: " On ne se baigne jamais dans le même fleuve)
- L'activité agricole, (certes puissante, originale et unique, et qui a fait la gloire des communes rurales de l'est parisien jusqu'au XIXéme siècle), s'est déplacée et a empiété progressivement sur les terres de "grandes cultures".
- la surface relictuelle qui lui serait consacrée ( dans le meilleurs des cas) 37 ha; ceci ne permet pas d'envisager un développement de l'activité agricole à long terme, d'autant que les terres contiennent des traces de métaux lourds et que beaucoup de production maraichères ne
peuvent y être pratiquées dans un premier temps.
Surtout cette vision tournerait le dos au Montreuil d'aujourd'hui, car les Murs à pêches sont au cœur de l'agglomération parisienne, ils sont, un espace de poésie qui doit en conséquence être traite par petites touches avec les citoyens et dans une approche citoyenne.

Il est difficile d'amender votre avis au vu de son orientation agricole trop marquée.

Nous savons que Ile de France Environnement est au service de toutes les associations.

Nous nous permettons de vous soumettre Monsieur le Président que vous réunissiez sous votre égide et dans les meilleurs délais les 5 associations affiliées à Ile de France Environnement connaissant et travaillant sur le thème des Murs à pêches à savoir : ADHM, ANCA,
BAGNOLET ECOLOGIE, MONTREUIL ENVIRONNEMENT, MURS A PECHES.

Afin de pouvoir construire un avis pour le commissaire enquêteur représentatif d'Ile de France Environnement.

Par ailleurs, les indications techniques données au commissaire enquêteur dans votre avis sont intéressantes et ils peuvent être complétées.

Nous faisons copie du présent émail à la Présidente Agnès AUGER
Environnement 93 et à la fédération des associations des Murs à Pêches.

Nous vous remercions encore Monsieur le Président de votre sollicitation et vous prions d'agréer nos salutations distinguées.